Mise au point sur la sécurité des bougies parfumées françaises

 

Les fabricants de bougies et de cierges participent à l’élaboration des normes de sécurité

 

L’étude de l’ADEME sur l’exposition aux polluants des bougies parfumées et encens dans les environnements intérieurs, publiée en septembre 2017, a semé le trouble chez les consommateurs.

 

Cette étude étant source de confusions, le Syndicat Général des Fabricants de Bougies et Cierges tient à rappeler que les principaux fabricants français – des PME et des TPE– se sont engagés depuis plus de 20 ans pour assurer la sécurité de leurs produits et garantir la qualité de l’air intérieur. Ils participent activement à l’élaboration des normes de sécurité. Depuis plus de deux ans, ils demandent à l’administration des contrôles sur les bougies et encens importés, moins contrôlés.

 

Les bougies sont des objets de décoration appréciés par les Français dans leur quotidien

 

Appréciées par les consommateurs pour leurs couleurs, leur parfum et l’atmosphère qu’elles dégagent, les bougies sont présentes dans de nombreux foyers. Devenues des objets de décoration à part entière, les bougies participent à la personnalisation de nos intérieurs et installent de véritables ambiance et fragrance.

 

Pour répondre à une demande croissante, les fabricants innovent et développent régulièrement de nouvelles gammes de produits : couleurs, formes, parfums, etc. Sur le marché français, on trouve des bougies pour tous les budgets, mais une véritable tendance de montée en gamme se dessine. Choix des couleurs, design, parfum, etc., le métier des fabricants de bougies français se rapproche toujours plus de ceux de la mode, de la cosmétologie ou de la parfumerie.

 

 

Acheter des bougies Made in France est une garantie de qualité et de sécurité

 

Les fabricants français de bougies sont essentiellement des PME, mais ce sont surtout des entreprises proches des artisans d’art. Avec plus de 4000 références et un taux de renouvellement de 60% chaque année, les fabricants français sont des PME innovantes qui s’engagent à développer des produits de qualité et diversifiés. L’objectif est de proposer aux consommateurs des produits adaptés aux tendances, mais aussi aux différentes périodes de l’année.

 

De la conception à la fabrication de leurs produits, les fabricants français s’engagent à fournir et garantir des produits de qualité. Leurs activités sont encadrées par différentes normes européennes, notamment REACH[1] et le règlement CLP (Classification, Labelling, Packaging)[2]. Pour garantir la sécurité des consommateurs, les fabricants français de bougies accordent une attention particulière au choix des matières premières pour la fabrication de la cire, ils utilisent des cires dont la qualité est reconnue. Par ailleurs, ils veillent à respecter différentes certifications officielles -Norme NF- notamment sur l’émission de suie[3], sur la sécurité incendie[4] et sur les étiquettes de sécurité[5]. Des contrôles de qualité sont effectués pour analyser la cire afin qu’elle émette le moins de suie possible.

 

Pour les bougies parfumées, des substances odorantes sont incorporées à la cire lors de la fabrication. La plupart du temps des substances naturelles sont utilisées, comme les huiles essentielles obtenues grâce à des méthodes traditionnelles d’extraction de plantes. Les fabricants français s’engagent à n’utiliser que des substances qui répondent aux normes et recommandations de l’IFRA (International Fragrance Association). Cet organisme international certifie toutes les substances utilisées en parfumerie. Son but principal est d’assurer la sécurité des matières premières de parfumerie grâce à un programme scientifique dédié. L’IFRA est aussi à l’origine d’un Code de bonnes pratiques pour les industriels et de standards d’utilisation des ingrédients de parfumerie.

 

Les fabricants français appellent à la vigilance des consommateurs alors que le marché est porté par les importations

 

Avec une demande très importante, notamment pour les produits de premier prix ou d’usage limité comme les bougies chauffe-plat, le marché français est envahi par des fabrications étrangères. En tête des pays importateurs en France, on retrouve la Pologne, suivie de la Chine. Rappelons que les fabricants étrangers ne sont pas systématiquement soumis aux mêmes normes que les fabricants français. La vigilance des consommateurs est donc indispensable.

 

Pour faire face à la concurrence étrangère, les fabricants français se tournent toujours plus vers la montée en gamme et le marché premium.

 

Pour faciliter le choix des consommateurs, il existe des pictogrammes et mentions obligatoires et non-obligatoires. Ils informent notamment le consommateur sur une utilisation sûre des produits.

 

La fabrication de bougies est un processus ancien et toujours plus encadré

 

Les bougies existent et sont utilisées depuis de nombreux siècles. Ce qui change aujourd’hui c’est que leur fabrication est réglementée pour garantir la sécurité des consommateurs.

 

Tout d’abord, pour bien comprendre ce qu’est une bougie et les enjeux qui en découlent, un éclaircissement sur leur composition est essentiel. Il s’agit d’une mèche en coton et d’un cylindre de cire qui est le combustible stocké sous une forme solide. La mèche entretient la chaleur pour permettre la liquéfaction de la cire mais aussi l’aspiration par capillarité de la cire liquide.

 

Pour garantir la sécurité des consommateurs, les fabricants français respectent les normes nationales et internationales en vigueur. Toutes les cires naturelles ou issues de l’industrie doivent être homologuées au plan Européen (Reach), bénéficier d’une classification CLP et être accompagnées d’une fiche d’identification des risques (FDS).

 

REACH est le règlement relatif à l’utilisation et l’importation de substances chimiques dans l’Espace Economique Européen. Il impose à tous les utilisateurs ou fabricants d’enregistrer les substances chimiques fabriquées et d’évaluer les risques pour la santé humaine.

 

Le règlement CLP fixe les obligations concernant la classification, l’étiquetage et l’emballage. Il harmonise les critères techniques, pictogrammes, mentions d’avertissement ou de danger. Les fabricants français se conforment à ce règlement et classent leurs produits selon les risques potentiels physiques, environnementaux ou sanitaires. Rappelons que ces risques potentiels ne présentent pas de danger pour l’utilisateur s’il respecte les conditions d’utilisation.

 

Pour les bougies parfumées, comme en parfumerie, le risque allergénique est particulièrement surveillé et la réglementation impose un étiquetage particulier. Les PME françaises s’appliquent à fournir toute l’information nécessaire sur leurs produits.

 

Le taux d’incorporation des substances odorantes varie selon l’objectif des créateurs. Comme en parfumerie, la phase création est particulièrement importante.

 

Les substances émises lors de la combustion des bougies parfumées ne présentent pas de risque particulier en cas d’expositions régulières associées aux usages les plus courants

 

Les autorités sanitaires et les pouvoirs publics conduisent des programmes visant à diminuer l’exposition des consommateurs. L’ADEME évalue les différents facteurs d’exposition de la population.

 

En ce qui concerne les bougies parfumées, des études[6] ont démontré qu’elles ne sont pas une source importante d’émissions lors de la combustion. Même pour les produits aux concentrations les plus élevées, les études montrent que la concentration maximale des émissions atmosphériques d’aldéhydes volatiles (formaldéhydes) est 20 fois inférieure à la norme de protection de la santé fixée par l’OMS[7].

 

L’étude de l’ADEME 2017 conclut « qu’aucune situation préoccupante n’est attendue pour les expositions chroniques associées aux usages les plus fréquents ».

 

Toutes ces expérimentations et mesures ont été réalisées dans un univers clos, ce qui démontre qu’il n’est pas nécessaire d’aérer un logement après l’utilisation d’une bougie parfumée. Aérer les pièces de son logement reste un geste de bons sens.

 

Les étiquetages permettent d’orienter les consommateurs vers des produits et des utilisations sûrs

 

Les bougies et cierges, dont la fabrication résulte d’un mélange de substances, doivent être conformes au règlement CLP (classification et étiquetage des produits). Chaque unité vendue au consommateur doit comporter un étiquetage. L’absence d’étiquetage est un indicateur de suspicion d’une production non conforme.

 

En fonction des concentrations de certaines substances dans la composition des bougies ou cires, une mention doit avertir le consommateur de la présence d’un sensibilisant, d’un irritant ou d’un danger pour l’environnement.

 

Par ailleurs, la qualité (ou mauvaise qualité) d’une bougie s’observe lors de la combustion. Une bougie de qualité ne coule pas, ne doit pas émettre de fumée noire et doit se liquéfier sur toute sa surface.

 

Certaines règles de bonne utilisation s’imposent. La bougie doit être disposée sur une surface plane et stable, bien droite et à l’abri des courants d’air. Avant utilisation, il est essentiel de retirer les résidus de mèche ou d’allumettes présents dans le contenant de la bougie. Ces résidus peuvent en effet perturber le processus de combustion et faire fumer, vaciller ou couler la bougie. Idéalement, une bougie doit rester allumée entre 2h30 et 3h (4h maximum) pour éviter le creusement et liquéfier toute la surface.

 

L’utilisation normale d’une bougie parfumée est sans risque. Une bougie parfumée participe à améliorer notre environnement sensoriel. Cependant une bougie parfumée est un objet de décoration et d’ambiance et ne peut masquer des odeurs désagréables liées à des dysfonctionnements de ventilation ou une humidité excessive dans nos logements.

 

[1] Règlement CE n°1907/2006, 18 décembre 2006

[2] Règlement européen (n°1272/2008)

[3] NF EN 15426 : 2007

[4] NF EN 15493 : 2007

[5] NF EN 15494 : 2007

[6] Caractérisation des substances rejetées lors de la combustion de bougies parfumées : Rôle des aldéhydes volatils produits lors de la combustion des Ingrédients de parfumerie, l’Université Polytechnique de Milan, avril 2015

[7] Directives de qualité pour l’air (2000) 100 μg.m3 pendant 30 minutes

Qualité de l’air : un engagement fort des fabricants français de bougies

Paris, le 20 septembre 2017En cette journée de la qualité de l’air, les fabricants français rappellent qu’ils s’engagent depuis plus de 20 ans pour assurer la sécurité de leurs produits et garantir la qualité de l’air intérieur. Ils regrettent que l’étude de l’ADEME sur l’exposition aux polluants des bougies parfumées et encens dans les environnements intérieurs, publiée le 14 septembre 2017, n’établisse pas de distinction claire et précise entre les bougies importées et la production de bougies françaises. Participant à l’élaboration des normes de sécurité, les fabricants de bougies demandent depuis plus de deux ans à l’administration des contrôles sur les bougies et encens importés.

Les fabricants français confirment l’absence de risque associé à l’usage habituel des bougies et rappellent aux consommateurs qu’il est essentiel de lire les étiquettes de produits. Les pictogrammes de sécurité d’usage vous assurent une utilisation sans risque.

Les producteurs de bougies françaises, qui ont participé activement aux recherches avec le ministère de l’Ecologie, souhaitent que l’évolution législative sur les encens intervienne au plus tôt, pour confirmer aux consommateurs la réalité de la qualité de combustion.

 

Retrouvez nous sur :  @fncorpsgras